Standardisation pour l'immotique-domotique EIB, BCI et EHS

Article du 17 Decembre 1998 de ELECTRONIQUE INTERNATIONAL N°331

Immotique-domotique:
les standards arrivent

Après l'informatique, l'électronique grand public et les métiers de l'électricité proposent leurs propres standards pour les bâtiments "intelligents ".

Quels standards vont s'imposer pour les communications qui se développent dans les bureaux, les bâtiments industriels et peut-être un jour aussi dans les locaux d'habitation? Les industries informatiques ont déjà répondu pour les locaux d'habitation. Les programmes HomeRF, pour les liaisons sans fil (voir notre numéro du 26 novembre), ou Home PNA, pour les liaisons sur paires téléphoniques, programmes conduits par les grands du secteur (Microsoft, IBM, Compaq, HP, Intel, AMD ... ) devraient aboutir à la sortie des premiers produits dans le courant de l'année prochaine. Mais d'autres industries veulent aussi avoir leur mot à dire. D'ores et déjà très impliqués dans l'essor de la gestion technique du bâtiment (bureaux et bâtiments industriels) mais plus timidement dans les applications purement domotiques,
les industriels de l'électricité et des services associés (Bosch, Schneider, Siemens, Legrand, EDF ... ) viennent ainsi de publier une spécification qui établit un protocole commun à plusieurs types de liaisons filaires (paires torsadées, courants porteurs) et sans fil (RF et IR). Les premiers produits sont annoncés pour le début de l'année prochaine.
Parallèlement, des ténors de l'électronique grand public (Thomson, Grundig, Hitachi, Philips, Sharp, Sony) s'apprêtent à licencier leur technologie plug and play (HAVi) basée sur le bus IEEE1394 pour faire communiquer équipements vidéo et audio dans la maison (lire en page 15). Là aussi, les premiers produits pourraient voir le jour à la mi-99.


D'un projet à l'autre, tous les types de liaisons physiques
sont envisagés: courants porteurs, paires torsadées, RF, IR...
 

Le bus immotique/domotique
européen sur les rails

EIB, BCI et EHS, les trois grandes associations européennes de la gestion technique des bâtiments intelligents viennent de rendre publics leurs travaux pour l'établissement d'un standard de bus commun.

Rassemblées au sein d'un groupement informel baptisé Convergence, issu des accords de coopération signés il y a deux ans (1), les trois grandes associations européennes de gestion technique du bâtiment et de la maison viennent de publier le résultat de leurs travaux visant à définir un standard de bus pour l'immotique et la domotique. Consignée dans un imposant ouvrage -The Rule Book-, cette spécification définit un protocole (couches 3 à 7 du modèle ISO) commun à plusieurs types de supports physiques (voir encadré). Elle reprend certaines des caractéristiques techniques mises en oeuvre dans le bus EIB (European Installation Bus), en projet dans le bus EHS (European Home Systems), ou mises à jour dans le bus BCI (BatiBus Club International), ce qui fait dire aux promoteurs du projet Convergence que le standard défini aujourd'hui est basé sur ce que les trois solutions hier concurrentes ou complémentaires avaient de meilleur. Néanmoins, la compatibilité de ce protocole ne sera pleinement ascendante qu'avec les installations EIB déjà existantes. Siemens, Honeywell, Landys & Gyr, Hager, Legrand, Electrolux, Brandt, et sans doute d'autres constructeurs (2); des PMI comme Delta Dore, par exemple, devraient annoncer des produits conformes à ce standard dès le milieu de l'an prochain. Avec la  disponibilité de la spécification Convergence, deux solutions s'offrent désormais aux industriels fournisseurs de matériels et de services dans le domaine de l'électricité, de l'eau ou du gaz, ou fournisseurs de produits blancs ou bruns: ou réaliser eux-mêmes, à partir du Rule Book (3), leurs interfaces de communication pour les
intégrer dans leurs produits, ou bien obtenir ces modules auprès d'équipementiers qui se sont engagés à les fournir chacun dans leur spécialité: ST Microelectronics pour les différents modules courants
porteurs, Schneider pour les interfaces paires torsadées TP0, Siemens pour les paires torsadées TP1, Feller AG pour les modules IR, Bosch pour les modules RF.

Une seule association pour maintenir la spécification

Le standard prévoit trois types d'implémentations. La première est de type plug and play (équipement acheté sur étagère dont les fonctions sont immédiatement actives à la mise en fonctionnement), la seconde suppose l'intervention d'un installateur pour configurer ou rénover le système en place, et la troisième suppose une approche système qui ne se justifie d'ailleurs qu'au moment de la conception du bâtiment. Le standard prévoit ainsi des règles d'installation: la topologie de réseau reste libre, même s'il est envisagé à terme de standardiser l'utilisation de liens point à point de type Ethernet (TP3, la spécification est à l'étude), IEEE1394, voire du bus informatique USB; données et alimentation se font sur la même paire dans le cas d'utilisation de paires torsadées TP0 et TP1; courants forts et courants faibles doivent coexister dans les mêmes conduits.
 


La normalisation des moyens de communications dans les
bâtiments pourrait favoriser l'apparition de bornes multiservices
comme interfaces standard avec l'extérieur.
 

L'établissement de la spécification a été largement coordonné avec les travaux européens de normalisation. Le standard est ainsi non seulement conforme aux règles établies en matière de CEM et sécurité électrique (EN50090-2-2), mais également en accord avec les travaux conduits par le comité technique 205 (Home Buildings Electronics Systems), et les travaux en en cours en matière de courants porteurs (comité 205 A).
Dès l'an prochain, les trois grandes associadons fondatrices devraient disparaître au profit d'une seule association -son nom comme celui du standard de bus n'est pas encore connu- dont la direction technique sera chargée de maintenir le spécification commune, mais également d'assurer le suivi technique des produits EIB et Batibus.
 

PAIRES TORSADEES, COURANTS PORTEURS, INTERFACES RF ET IR:
LES SPÉCIFICATIONS

Le projet Convergence a standardisé trois types de liaisons par paires torsadées, trois types de communication par courants porteurs et deux types de liaisons sans fil. Les liaisons par paires torsadées TP0 (12-15V; un nombre de points de connexion limité; un débit de 4,8Kbit/s), et TP1 (28V; plusieurs centaines de points de connexion possibles et l'utilisation de répéteurs; un débit de 9,6Kbit/s) correspondant
respectivement aux types de liens utilisés jusque là par Batibus et EIB. La version TP3 marque la volonté de monter en débit (Ethernet) pour s'adapter aux besoins du multimédia dans les équipements audio et vidéo. "Ce sont les marchés des "nanoservices " de proximité dans le bâtiment ou la maison, mais aussi ceux de l'information ludique auxquels doit répondre le standard", a souligné Claude Matinal, le président de BCI et d'EHSA, et coordonateur du projet Convergence. Pour ce qui est des solutions courants porteurs, deux options ont été retenues: un accès avec protocole (CSMA, FSK à 5%) dans la bande des 132 KHz, et un accès libre (sans protocole) dans la bande des 100KHz. Une solution monodirectionnelle reste à l'étude dans la bande des 3-90KHz. Pour ce qui est de l'interface RF, c'est la bande des 868MHz (avec bande d'utilisation spécifique allouée et protégée) qui a été choisie. Pour l'IR, c'est une solution "ouverte" (pouvant s'apparenter aux codes grands publics utilisés pour les télécommandes) développée par la société Feller AG (groupe Schneider) qui a été retenue.
 

Yvon Avenel
 
 

(1) Voir notre numéro du 18 avril 1996.
(2) Le groupement Convergence rassemble aujourd'hui plus de 200 membres.
(3) A partir des spécifications, des outils de développement qui leur sont associés et de composants du commerce.
 
 
 

Dernières modifications: le 09 janvier 1999.